• Fissure anale

    Une fissure anale est une déchirure du revêtement (muqueuse) du canal anal (a). Les causes de cette déchirure sont une hypertonie du sphincter de l’anus souvent associée à une constipation.
    Une excroissance de chair réactionnelle à la partie haute de la fissure est habituellement présente appelée papille hypertrophique (b).

    La douleur fissuraire s’exprime principalement lors des selles avec une chronologie typique en 3 temps : douleur après le passage des selles, amélioration puis réascension de la douleur.

    Quand opère-t-on une fissure anale ?
    La majorité des fissures répondent favorablement au traitement médical associant des antalgiques, des topiques locaux et des laxatifs doux. En cas d’échec avec chronicisation de la fissure, d’autant plus si des signes infectieux sont présents, la chirurgie est indiquée.
    La chirurgie de fissure anale

    La chirurgie de fissure anale est presque toujours réalisée en ambulatoire (hospitalisation d’une journée).

    Avant l’intervention, vous suivez un régime sans résidu strict durant 3 jours. Une préparation rectale est réalisée, si la douleur n’est pas trop intense, avec un Normacol lavement la veille au soir et le lendemain matin tôt.

    Vous prenez de façon habituelle une douche et un shampoing avec un antiseptique la veille et le matin de l’intervention.
    En début d’intervention, une analgésie périnéale est réalisée par l’anesthésiste afin de limiter les douleurs précoces.
    Nous réalisons dans notre centre une chirurgie moderne de la fissure comprenant 3 temps :

    • Une fissurectomie (ablation de la fissure) emportant d’autres lésions associées si nécessaire (hémorroïde, marisque, papille)
    • Une section partielle du sphincter interne (relâchement de l’anus)
    • Un recouvrement de l’ancien site de fissure par du revêtement superficiel rectal (anoplastie muqueuse)

    Le geste opératoire dure de 30 à 45 minutes. Une mèche hémostatique est mise en place dans l’anus en fin d’intervention permettant de surveiller l’absence de saignement.

    Les suites opératoires

    Vous êtes surveillé en salle de réveil puis en service d’ambulatoire. La mèche est retirée de l’anus. L’alimentation est reprise sans régime. Vous pouvez regagner votre domicile le soir même, accompagné, sans dormir seul la première nuit.

    A domicile, des médicaments sont à prendre pour prévenir la douleur et la constipation. Des soins locaux sont nécessaires consistant en des bains de siège avec un antiseptique, suivi d’un séchage de la plaie par tamponnement doux puis l’application d’une pommade. Le périnée doit, dans tous les cas, être maintenu toujours propre.

    Les douleurs s’améliorent en une quinzaine de jours. Des saignements minimes et quelques suintements sont habituels. La cicatrisation complète est obtenue généralement en 4 à 6 semaines.

    Vous revoyez systématiquement le chirurgien à 15 jours et à 1 mois post opératoire.

    Un arrêt de travail de 8 jours à 1 mois est prescrit. Les activités sportives peuvent être reprises dès 1 mois.

    Tout est fait pour limiter les douleurs

    actu_hemorroideLa chirurgie proctologique a la réputation d’être douloureuse.
    Dans notre centre nous avons pu diminuer ces douleurs de façon très efficace grâce à l’utilisation de techniques chirurgicales de pointe, à la réalisation de blocs anesthésiques périnéaux, à un traitement médicamenteux adapté et à la mise en place d’un protocole innovant.

    Un protocole d’antalgie innovant : Depuis janvier 2017 vous pouvez bénéficier dès le retour à domicile, grâce à nos partenaires de confiance, d’une antalgie intra veineuse complémentaire par minipompe portable, pendant une semaine. Cette pompe, très peu encombrante, assure une diffusion des médicaments anti douleur intraveineux 24H/24.

    L’infirmière coordinatrice du partenaire intervient dans la mise en place et le suivi de l’antalgie par minipompe. Elle vous contacte quelques jours avant l’opération pour vous informer sur le déroulement du protocole et répondre à vos questions. Vous rentrez à domicile avec votre cathéter veineux protégé. Une équipe d’infirmier(e)s proche de chez vous gère le dispositif au quotidien et peut réaliser d’autres soins si nécessaire.

    Les risques de la chirurgie de fissure anale

    Peu fréquents, ils sont représentés par :

    • Des difficultés de miction voire une rétention aigue d’urine juste après l’opération, par phénomène reflexe, pouvant nécessiter un sondage évacuateur.
    • Des saignements. Ils sont souvent minimes et peuvent être présents tout au long de la cicatrisation. Un saignement précoce est possible pouvant nécessiter une cautérisation au bloc opératoire.
    • Surinfection avec abcès et exceptionnellement fistule anale.
    • Retard de cicatrisation.
    • Troubles de la continence anale (fuite de gaz et/ou de selles). Dans ce cas des troubles sont souvent présents avant l’opération mais peuvent être aggravés par le geste. C’est la raison pour laquelle le sphincter interne de l’anus ne doit être sectionné que partiellement.
    • Récidive. De causes multiples, elle est possible dans 10% des cas.

    Au terme de la cicatrisation, des marisques (excroissances cutanées autour de l’anus) sont parfois observées sans que l’on puisse parler de complication. Si ces marisques sont gênantes, elles peuvent être retirées lors d’une courte intervention.

    Conseils après une chirurgie de fissure anale
    • Alimentation normale
    • Bien marcher et boire de l’eau abondamment (eau d’Hépar conseillée) pour favoriser la reprise du transit
    • Prendre les médicaments prescrits par le chirurgien afin d’avoir un transit régulier et de contrôler la douleur
    • Les premières selles peuvent être douloureuses (ne pas hésiter à prendre un bain chaud)
    • Réaliser des soins locaux au moins 2 fois par jour et après chaque selle :
      Bain de siège bétadiné ou douchette pour maintenir un périnée toujours propre !
      Bien sécher en tamponnant avec une compresse
      Appliquer la pommade Titanoréine à la Lidocaine matin et soir
      Changement de la protection (pansement américain ou serviette hygiénique)

    Après toute intervention proctologique le périnée doit être maintenu propre.