• Info tabac

    Une opération se vit mieux sans tabac

    info_tabacArrêter de fumer avant une opération et jusqu’à la cicatrisation garantit :

    • 3 fois moins de complications chirurgicales
    • 2 fois moins de passages en unité de réanimation
    • 1 séjour plus court à la clinique

     

     

     

    Vous fumez !

    Lors de votre 1ère consultation avec le chirurgien, le sevrage tabagique total s’impose ;

    L’arrêt du tabac permet de

    • diminuer les complications respiratoires
    • diminuer le risque de fuite au niveau de l’agrafage gastrique ou de la couture digestive
    • diminuer le risque de mortalité

    L’accompagnement par un tabacologue médecin ou infirmière est possible.
    Les coordonnées du centre d’addictologie vous seront remises par votre chirurgien ainsi que le document à remplir avant cette consultation:

    Centre d’Addictologie de l’Hôpital de Roanne
    Dr Phuc Nguyen – Mme Christelle Lafumas
    Tél : 04 77 44 38 69

    Lors de votre hospitalisation, un dosage de la cotinine urinaire ou un test au monoxyde de carbone pourront être effectués.
    Il permettra de confirmer en cas de doute le sevrage tabagique. Si ce n’est pas le cas, votre intervention sera annulée.

     

    Enfin faites le point sur les bénéfices de votre arrêt
    Ils interviennent presque immédiatement !

    20 minutes après la dernière cigarette : La pression sanguine et les pulsations du cœur redeviennent normales
    8 heures : la quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié. L’oxygénation des cellules redevient normale
    24 heures : le risque d’infarctus du myocarde diminue déjà ; les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée ; le corps ne contient plus de nicotine
    48 heures : le goût et l’odorat s’améliorent ; les terminaisons nerveuses gustatives commencent à repousser
    72 heures : respirer redevient plus facile ; les bronches commencent à se relâcher et on se sent plus énergique
    2 semaines à 3 mois : la toux et la fatigue diminuent ; on récupère son souffle, on marche plus facilement
    1 à 9 mois : les cils bronchiques repoussent, on est de moins en moins essoufflé
    1 an : le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié ; le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non fumeur
    5 ans : le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié
    10 à 15 ans : l’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé

    Attention :
    Fumer augmente le risque de complications de toute chirurgie.
    Arrêter de fumer 6-8 semaines avant l’intervention diminue considérablement ce risque.
    Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste.
    Nous pouvons vous aider.
    Vous pouvez aussi appeler gratuitement la ligne

    Tabac-Info-Service au
    3989