• Dermolipectomie

    dermolipectomie

    dermolipectomie2

    La dermolipectomie abdominale ou abdominoplastie est une intervention chirurgicale consistant au retrait de l’excèdent cutanéo-graisseux situé à la partie inférieure de l’abdomen (tablier abdominal) associé à la remise en tension des muscles abdominaux et de la peau. La technique de choix débute par une lipoaspiration permettant notamment de retirer de la graisse abdominale à la partie inférieure et supérieure de l’abdomen, tout en respectant le drainage lymphatique essentiel à la cicatrisation.

    Le tablier abdominal est le résultat d’une prise de poids suivi d’un amaigrissement important généralement après une grossesse, un régime ou une chirurgie de l’obésité. Nous prenons en charge l’excèdent cutanéo-graisseux lorsqu’il est à l’origine d’une gêne importante dans la vie quotidienne et/ou s’il recouvre le pubis.
    La chirurgie n’est réalisée qu’en cas de stabilité pondérale et au moins 2 ans après une chirurgie de l’obésité (anneau gastrique, sleeve gastrectomie ou bypass gastrique).

    Avant l’intervention

    Le tabac doit être arrêté obligatoirement au moins 2 mois avant l’intervention pour limiter le risque de complications. Un accompagnement par un tabacologue est possible.

    Pour maintenir un résultat esthétique et fonctionnel satisfaisant à long terme vous devez avoir une bonne hygiène de vie. Pour cela, si vous le souhaitez, vous pouvez être accompagné dès le pré opératoire par l’équipe du Centre : médecin nutritionniste, diététiciennes, hypnopraticienne, psychologue, coach sportif.

    Cette intervention sera alors aussi l’occasion d’une amélioration de votre état de santé et de votre qualité de vie.
    Le chirurgien réalise un examen clinique permettant d’évaluer l’importance et le retentissement du tablier abdominal et de rechercher une hernie ou une éventration associée. Une photo est prise de votre abdomen, de face et de profil. Une étude complémentaire de la paroi abdominale par échographie ou scanner peut-être nécessaire.

    Un bilan biologique complet est réalisé à la recherche notamment de carences qui seront corrigées.
    Vous rencontrez l’anesthésiste dans le mois précédant l’intervention.

    Une gaine de maintien sur mesure vous est prescrite que vous devrez amener lors de l’intervention.

    L’application quotidienne sur l’abdomen d’une crème hydratante, durant 1 mois avant l’intervention, permet d’obtenir une peau de meilleure qualité.

    L’intervention

    L’intervention de dermolipectomie abdominale est réalisée sous anesthésie générale et dure entre 2 et 3 heures. La table opératoire est spécifique permettant une position demi-assise lors de la reconstruction abdominale.

    Un dessin ou « patron » est réalisé par le chirurgien en début d’intervention.

    L’intervention débute par une lipoaspiration de la partie inférieur et médiane de l’abdomen. Une dissection en carafe est ensuite réalisée respectant le drainage lymphatique. La face profonde de l’abdomen est alors exposée. Un diastasis (écartement anormal) des muscles grands droits est corrigé, en même temps qu’une éventuelle hernie ou éventration. La reconstruction abdominale est enfin réalisée, avec résection de l’excèdent cutanéo-graisseux et transposition de l’ombilic, selon la technique « High Superior Tension Abdominoplasty ». Deux drains siliconés sont mis en place et extériorisés au niveau du pubis. Des pansements et une contention élastique recouvrent l’abdomen.

    Les suites opératoires

    Après une surveillance en salle de réveil, vous êtes transférés en service conventionnel. Une alimentation est reprise rapidement, sans régime, plutôt hyper protéinée les 15 premiers jours pour permettre une bonne cicatrisation.

    Vous êtes installés en position demi-assise avec les genoux fléchis pour limiter la tension abdominale. La contention est remplacée après 2 jours par la gaine de maintien. Les drains sont retirés également à partir du 2ème jour post opératoire en fonction de la quantité de sécrétion recueillie. L’hospitalisation est de 3 à 5 jours. Si un drain reste productif (>50ml) et que les suites sont simples, la sortie à domicile est quand même possible avec ce drain. Des soins seront réalisés à ce niveau en même temps que les soins de cicatrice. Un calendrier de recueil quotidien devra être réalisé. En fonction de la quantité recueillie, le drain sera retiré dès que possible en consultation. Ce geste n’est pas douloureux.

    Une anticoagulation préventive est prescrite au minimum pendant 15 jours. Des bas ou des chaussettes de contention sont portés la journée, au minimum pendant toute la durée de l’anticoagulation.

    La gaine de maintien sera portée jour et nuit pendant le 1er mois, la journée le 2ème mois, et en cas d’efforts le 3ème mois.

    Le port de charge lourde (> 6kg) est contre indiqué le premier mois. La reprise progressive d’une activité sportive est possible à partir du 3ème mois post opératoire. Vous devez en revanche marcher dès le post opératoire immédiat, au minimum 30 minutes par jour. Les stations assise ou allongée prolongées sont contre indiquées car elles favorisent la survenue d’une phlébite/embolie pulmonaire.

    L’arrêt de travail est de 1 mois en général à adapter à chaque cas particulier.

    Vous ne devez pas prendre de bains le premier mois post opératoire mais une douche avec un savon doux, avant que l’infirmière ne refasse le pansement. Après obtention de la cicatrisation, en cas de bain en piscine, ne restez pas plus de 5 minutes dans l’eau et séchez bien la peau dès votre sortie.

    Une photo sera prise de votre abdomen, de face et de profil, à 1, 3, 6 et 12 mois post opératoire.

    Après votre retour à domicile, la survenue de certains symptômes doit vous conduire à contacter votre médecin traitant ou votre chirurgien sans attendre la consultation postopératoire : toute douleur subite et localisée sur un membre, une gêne respiratoire, des douleurs abdominales aigues ou intenses, de la fièvre, un écoulement par la cicatrice.

    Les risques

    Saignement
    Un saignement post opératoire peut nécessiter une réintervention pour évacuer l’hématome et cautériser le vaisseau responsable. En cas de chute importante de l’hémoglobine, une transfusion sanguine peut être nécessaire.

    Désunion/nécrose cutanée
    Au niveau de la cicatrice sus pubienne, la peau est tendue et fragilisée ce qui peut être à l’origine d’une désunion localisée avec parfois un écoulement de sérosité. Des soins locaux quotidiens par les infirmier(e)s avec lavage et méchage permettent une cicatrisation dirigée. Une nécrose localisée est aussi possible, généralement au milieu de la cicatrice, sous le nombril, nécessitant là aussi des soins locaux quotidiens avec application de corps gras. Dans ces situations la cicatrisation complète peut nécessiter plusieurs semaines voire plusieurs mois.

    Collections sous cutanées
    Une collection, parfois abondante, peut se former sous la peau. Il s’agit le plus souvent d’un « sérome » correspondant à une collection de liquide clair, fluctuante sous la peau. Cette collection peut être ponctionnée par le chirurgien ou le radiologue sous échographie, ou s’évacuer spontanément par la cicatrice. Un examen du liquide en bactériologie est réalisé dès que possible. Si la collection est rouge, douloureuse, inflammatoire et/ou qu’il existe un écoulement purulent, il s’agit certainement d’un abcès nécessitant une évacuation avec examen en bactériologie et mise en place d’une antibiothérapie secondairement adaptée aux germes retrouvés.

    Œdème et troubles nerveux sensitifs de la paroi abdominale
    La dissection est réalisée au contact des vaisseaux lymphatiques, des veines de drainage et des nerfs terminaux de la paroi abdominale. Il peut en résulter d’une par un œdème de l’abdomen qui va se résorber progressivement, aidé par des séances de drainage lymphatique ; et d’autre part des troubles nerveux sensitifs qui vont régresser progressivement sur plusieurs mois. La persistance, au-delà de 6 mois, de troubles nerveux gênants voir douloureux peut justifier une consultation au Centre de la douleur.

    Imperfections localisées
    Le résultat esthétique définitif n’est pas complétement prévisible et dépend des caractéristiques de chaque individu. Des excédents cutanés sur les côtés « oreilles », une cicatrice élargie, hypertrophique voire chéloïde (boursouflée), asymétrique ou ascensionnée, un ombilic mal défini ne peuvent pas être considérés comme des complications. Une cicatrice hypertrophique voire chéloïde nécessite des traitements locaux spécifiques. Les autres imperfections pourront être corrigées si nécessaire par une chirurgie localisée, « une retouche », réalisée sous anesthésie générale voire locale, mais pas avant 1 an post opératoire.

    Risques communs à toute chirurgie :
    hématomes, phlébite, embolie pulmonaire, complications pulmonaires.

    Conseils après dermolipectomie abdominale

    Le tabac ne doit pas être repris avant 2 mois post opératoire. Pour votre santé il est mieux de ne pas le reprendre du tout !
    Vous devez prendre les antalgiques prescrits par votre chirurgien en cas de douleurs.
    Vous devez dormir en position légèrement demi-assise, avec un coussin sous les genoux pendant 1 mois.
    Pour rappel, la gaine de maintien sera portée jour et nuit pendant le 1er mois, la journée le 2ème mois, et en cas d’efforts le 3ème mois.

    La cicatrisation sera améliorée par :

    • L’application d’un topique cicatrisant en cas de plaie « crouteuse » ou inflammatoire (ex : Jonctum Cica)
    • Le massage de la cicatrice à partir du 15ème jour post opératoire par un kinésithérapeute spécialisé (prescription par votre chirurgien) et/ou par vous-même avec une crème cicatrisante (ex : Bioderma Cicabio, Bi-Oil)
    • L’application de silicone en gel ou en spray, 2 fois par jour, pendant 3 mois
    • Une protection solaire totale (crème solaire ou vêtement couvrant) pendant 1 an

    Le résultat esthétique définitif ne peut être apprécié qu’au moins 1 an après l’intervention.