• Chirurgie de l’appendice

    Qu’est-ce que l’appendice ?

    appendiceL’appendice est une excroissance en forme de vers, mesurant entre 5 et 12 centimètres de long et moins de 8 mm de large, située au niveau du caecum et ayant une fonction immunitaire minime. De nombreuses pathologies peuvent toucher l’appendice dont la plus fréquente est bien sur l’appendicite.

    L’appendicite est une inflammation de l’appendice secondaire à l’obstruction de son canal par une concrétion de matières fécales (stercolithe), du mucus ou un épaississement du tissu lymphoïde.

    Quels sont les symptômes d’une appendicite aigue ?

    Les symptômes typiques d’une appendicite aigue sont l’apparition d’une douleur vive en bas et à droite de l’abdomen associée à des nausées, parfois des vomissements et de la fièvre peu élevée. La langue est chargée, blanchâtre, dite saburrale. Une flexion de la jambe droite peu soulager la douleur appelée psoitis.
    Devant un ou plusieurs de ces symptômes, il est nécessaire de consulter aux urgences où sera réalisé :

    • Un examen médical complet.
    • Une prise de sang à la recherche notamment d’une inflammation, une recherche d’infection urinaire et une dosage d’HCG pour les femmes en âge de procréer.
    • Une échographie et/ou un scanner abdomino-pelvien à la recherche de signes directs ou indirects d’appendicite. Une autre cause peut être mise en évidence appelé diagnostic différentiel.

    Quel est le traitement d’une appendicite aigue ?

    Le traitement de l’appendicite est chirurgical par le retrait de l’appendice appelé appendicectomie. Cette intervention est réalisée presque toujours par cœlioscopie grâce à 3 petits orifices. De la COLLE ferme et protège les cicatrices permettant la douche dès le lendemain de l’opération. L’alimentation est reprise très rapidement. Vous sortez souvent le lendemain de l’intervention, voire le jour même. Des antibiotiques peuvent être poursuivis quelques jours.
    En cas de péritonite (pus dans la cavité abdominale), un drainage peut être mis en place. L’hospitalisation est alors un peu plus longue avec nécessité d’antibiotiques intra veineux.
    Des études sont en cours concernant le traitement de l’appendicite par antibiotiques. Une compilation d’études appelée méta-analyse a montré qu’une antibiothérapie permettait d’éviter une appendicectomie chez 63% des patients adultes, dans le cas d’une appendicite non compliquée, avec un taux moindre de complications. Le risque de récidive est en revanche de 30%. Ce traitement n’est aujourd’hui pas validé.

    Quels sont les risques d’une appendicectomie ?

    Les risques sont liés à la gravité initiale de l’appendicite :
    Abcès profond
    Un abcès profond peut se former quelques jours après une appendicectomie. Cet abcès est généralement diagnostiqué devant de la fièvre et des douleurs abdominales. Il est traité, selon sa taille, par antibiotiques, drainage radiologique et rarement par chirurgie.

    Saignement
    Un saignement est rare mais possible après toute chirurgie pouvant nécessiter une reprise chirurgicale pour cautérisation.

    Hématome
    Un hématome est possible au niveau des cicatrices. Il est tout à fait bénin et va disparaitre en quelques jours.

    Abcès superficiel
    Un abcès peut rarement se former sous une cicatrice, surtout en cas de péritonite. Le retrait de l’appendice dans un sac permet de limiter fortement ce risque. Une simple évacuation « au lit » est le plus souvent suffisante, poursuivie par des soins infirmiers jusqu’à cicatrisation complète.

    Occlusion
    Une occlusion, s’exprimant par un arrêt du transit, des douleurs abdominales et des vomissements, peut survenir dans les premiers jours post opératoires, de cause fonctionnelle (iléus) ou mécanique (bride). Une occlusion mécanique reste possible plusieurs mois ou années après l’intervention.

    Lâchage du moignon appendiculaire
    Très rare, il se manifeste par de la fièvre, des douleurs intenses, un arrêt du transit et un syndrome inflammatoire justifiant le plus souvent une reprise chirurgicale.

    A distance
    Comme dans toute intervention abdominale, des déformations de la paroi de l’abdomen (éventrations) et des brides intra-abdominales sont possibles.

    Il est rappelé que toute intervention chirurgicale comporte un certain nombre de risques y compris vitaux, tenant à des variations individuelles qui ne sont pas toujours prévisibles. Certaines de ces complications sont de survenue exceptionnelle (plaies des vaisseaux, des nerfs et de l’appareil digestif) et peuvent parfois ne pas être guérissables. Au cours de l’intervention, le chirurgien peut se trouver en face d’une découverte ou d’un événement imprévu nécessitant des actes complémentaires ou différents de ceux initialement prévus, voire une interruption du protocole prévu.

    Suites et conseils après une appendicectomie

    Après une appendicectomie non compliquée, les activités normales peuvent être reprises rapidement. AUCUN REGIME n’est nécessaire.
    Chez l’enfant, une éviction scolaire est nécessaire quelques jours, avec une dispense de sport d’un mois.
    Chez l’adulte, l’arrêt de travail dépend de l’activité, de 1 semaine à 1 mois. Une activité sportive douce peut être reprise après 15 jours.
    Ne pas porter de charges lourdes et Ne pas faire d’efforts intenses sur le ventre pendant 1 mois.
    La réapparition d’une douleur abdominale ou de fièvre doit faire consulter aux urgences.

    Les autres pathologies de l’appendice

    Les autres pathologies de l’appendice sont beaucoup plus rares : tumeur neuroendocrine, adénocarcinome, tumeur mucineuse, lymphome. Certaines de ces pathologies sont découvertes à l’occasion d’une appendicite. C’est la raison pour laquelle l’appendice est systématiquement envoyé à analyser au laboratoire.