• Chirurgie de la Vésicule

    Anatomie et rôle de la vésicule

    Human liver and gall bladder, computer artwork.La vésicule est un réservoir de bile situé sous le foie qui se contracte principalement sous l’influence de cholécystokinines sécrétées lors de l’alimentation. Plus l’alimentation est riche plus cette sécrétion est importante. L’apport de bile par la vésicule reste toutefois minime puis qu’elle contient environ 50 ml de bile, alors que le foie secrète 1,5 l de bile par jour. Elle peut donc être retirée sans conséquence sur l’absorption des aliments.

    La bile s’écoule de la vésicule dans la voie biliaire principale, reliant le foie au tube digestif, par le canal cystique. La vésicule est vascularisée par l’artère cystique naissant de l’artère principale droite du foie.

    Des lithiases, appelés aussi calculs, peuvent se former dans la vésicule. Ils sont cholestéroliques (80%) ou pigmentaires, formés par excès d’un constituant dans la bile. Les facteurs principaux favorisant les calculs sont le surpoids, le sexe féminin, l’âge, l’hérédité.

    calculs biliaires

    Des calculs vésiculaires sont présents chez 15% de la population mais ne justifient un traitement qu’en cas de symptômes. Ce traitement est toujours chirurgical sauf en cas de petits calculs chez des patients non opérables où un traitement médicamenteux peut être donné.

     

     

    Quelles sont les principales pathologies biliaires ?

    La colique hépatique

    Correspond à une crise douloureuse située au niveau du foie, survenant plutôt après les repas et la nuit, pouvant se propager dans l’épaule droite. Elle dure généralement moins de 6 heures. Elle est soulagée par des antalgiques et des antispasmodiques.

    La cholécystite

    Correspond à une infection de la vésicule. La douleur est identique à la colique hépatique à laquelle s’ajoute de façon habituelle de la fièvre et une inflammation biologique. Le diagnostic est confirmé par l’échographie.

    Migration lithiasique, angiocholite et pancréatite

    Un ou plusieurs calculs vésiculaires peuvent migrer dans la voie biliaire principale. Ils peuvent s’évacuer spontanément dans le tube digestif ou rester bloqués, pouvant entrainer une stagnation et une infection de la bile appelée angiocholite. Ils sont alors retirés par les voies naturelles (cathétérisme rétrograde). La migration d’un calcul peut égaler irriter et enflammé le pancréas, on parle alors de pancréatite.

    Polype vésiculaire

    Un polype vésiculaire mesurant > 10 mm devient à risque et doit être retiré.

    Cancer de la vésicule

    Le cancer de la vésicule est rare et justifie quand cela est possible d’une exérèse radicale.

    Quels sont les principes de la cholécystectomie ?

    La cholécystectomie est réalisée par coelioscopie, en ambulatoire dans plus de 70% des cas.
    Il s’agit d’une chirurgie mini invasive à travers 4 orifices, d’une durée généralement inférieure à 1 h.
    Il n’est pas possible de ne retirer que les calculs, la vésicule est donc retirée systématiquement.
    En cas d’infection importante ou de risque de saignement, un drain est laissé en place en fin d’intervention.
    Avant l’intervention, l’alimentation doit être non grasse et peu sucrée pour éviter le déclenchement de nouvelles crises.
    Vidéo

    Quels sont les principaux risques ?

    La chirurgie de la vésicule biliaire est une chirurgie standardisée à très faible risque lorsqu’elle est réalisée par un opérateur expérimenté.
    Toutefois les risques possibles sont :

    • Risques non spécifiques : hématomes (tout à fait bénins), saignement, abcès, conversion en laparotomie (ouverture du ventre).
    • Risques spécifiques (très rares) : fuite biliaire, plaie des voies biliaires ; pouvant nécessiter une reprise chirurgicale et/ou des gestes endoscopiques.
    • A distance : comme dans toute intervention abdominale, des déformations de la paroi de l’abdomen (éventrations) et des brides intra-abdominales sont possibles.

    Il est rappelé que toute intervention chirurgicale comporte un certain nombre de risques y compris vitaux, tenant à des variations individuelles qui ne sont pas toujours prévisibles. Certaines de ces complications sont de survenue exceptionnelle (plaies des vaisseaux, des nerfs et de l’appareil digestif) et peuvent parfois ne pas être guérissables. Au cours de l’intervention, le chirurgien peut se trouver en face d’une découverte ou d’un événement imprévu nécessitant des actes complémentaires ou différents de ceux initialement prévus, voire une interruption du protocole prévu.

    Quels sont les suites opératoires ?

    Vous êtes surveillé en salle de réveil puis vous rejoignez le service d’ambulatoire. Vous êtes levé rapidement et un repas léger vous est servi.
    Après accord de l’anesthésiste et après la visite du chirurgien, vous pouvez regagner votre domicile.
    Vous devez pour cela être accompagné et ne pas dormir seul la première nuit.
    Le plus souvent de la COLLE ferme et protège les cicatrices.
    La plupart du temps AUCUN SOIN INFIRMIER n’est donc nécessaire !
    Lorsqu’une hospitalisation complète est nécessaire, elle est généralement courte. En cas de drainage, il est habituellement retiré à 24 ou 48H.
    AUCUN REGIME N’EST NECESSAIRE après l’ablation de la vésicule.
    Vous portez vos chaussettes ou vos bas de contention, la journée, pendant une semaine ou tout le temps de l’anticoagulation préventive.
    L’arrêt de travail est de 1 semaine à 1 mois pour les travailleurs de force.
    Les activités sportives peuvent être reprises à partir de 1 mois.
    Vous pouvez reconduire après 48H.
    Une consultation chirurgicale est programmée à 1 mois post opératoire.

    Conseils post opératoires après chirurgie de la vésicule

    Vous devez reprendre vos activités progressivement en privilégiant la marche. Une fatigue est possible, liée au stress chirurgical et anesthésique. Vous devez ainsi prendre soins de vous. Les premiers jours des douleurs dans les épaules sont possibles, en raison des gaz de coelioscopie, et vont rapidement disparaître. Suivez bien les prescriptions de votre chirurgien.
    Ne pas porter de charges lourdes et ne pas faire d’efforts intenses sur le ventre pendant 1 mois.
    En cas de problème n’hésitez pas à contacter le secrétariat ou le service des urgences.